#044

Publié le par Stiltifi

Opus Magnum 44


Vichy, peut être en août 44, ce qui s’est passé : on s’en fout. En tout cas, je ne sais pas.

Ville absente. Le Helder version hors piste, seul, lumière isolée au milieu de la nuit. Choeurs de verres et de voix de plus en plus bruyants, émergeant d’une masse informe et digne, agglutinée dans la salle de réception. Uniformes et semblant de bourgeoisie, humour graveleux et frustration d’une armée qui ne sait plus à quoi elle sert.

3ème étage, lumière allumée. Un homme, uniforme propre, au chevet de son travail. La plume trempant dans l’encrier, la boîte à cigare vide. Le dernier. Regard absent flottant au milieu d’un nuage de fumée. Spirales chaotiques s’évanouissant dans les grains du cuir des milliers de livres qui entourent le militaire. Tiroir qui s’ouvre. Encre rouge et vieux grimoire. Pages jaunies qui tournent et qui se posent délicatement. Souffle de poussière. Tranches d’or. Tiroirs aux poignées représentant démons et chimères. Pieds cannelés. Visages poupons et chauves. Capricornes sang et sombre.

Publié dans G POINT

Commenter cet article