VOL DU COLON

Publié le par Stiltifi

Où est mon ombre, mon tendre fidèle chien ?

Entre deux longs champs sioux et indiens,

volant au dessus des hautes cimes brûlées

les encens flottant, la cernant de tous côtés.


La musique n’avait jamais été aussi belle

Les harmoniques aussi claires dans leurs appels

Paralysant le corps de tout geste décalé

Marionnette dépoussiérée, endiablée, ultra réglée


Partie à la dérive d’un continent écarté,

Perdu, noyant corps et âmes par milliers.

Mû je n’ose te retrouver, je n’ose te parler

J’écris dans les étoiles ton souvenir sacré.


Le serpent abandonne sa peau à ta mémoire

Plongeant l’ombre transparente dans le noir.

Ma main s’agrippe à cette ombre mongolfière

Qui me traîne loin des rives, des monts et d’hier.

Publié dans POEMES

Commenter cet article