PARKING MARIN

Publié le par Stiltifi

Et là je marche

Dans un parking infini

Comme un marathonien débile

Qui compte ses foulées de pieds

Je salue mes amis rats

Qui surfent sur les pare-brises

Un des néons clignote

Je le fixe du regard

Il s'éteint et se rallume sans rythme

Ma pensée semble pouvoir le contrôler

L'écho de mes pas rentre en résonnance

Avec le scintillement de cette lune électrique

Mon coeur s'emballe

Le béton devient pierre, puis sable et mer

Je sais maintenant où j'irai me noyer.

 

Publié dans POEMES

Commenter cet article